On le sait depuis longtemps maintenant : la Terre tourne sur elle-même et autour du soleil. On sait que d’autres planètes et satellites naturels le font aussi. Ce qu’on sait également, mais à quoi on ne fait plus assez attention, c’est ce qui est inné en nous, êtres vivants, Humains : nos cycles vitaux et environnementaux.

Un peu comme si la conscience de ces cycles était endormie ou mise de côté pour laisser place à des mouvements menant à plus de pouvoir, de domination, matériels et politiques, intellectuels et sociaux.
Bien que ces derniers soient nécessaires, puisqu’on y retrouve le dépassement de soi, le courage, les apprentissages, la recherche et la découverte des territoires, des espaces terrestres, sans oublier les rencontres, utiles elles aussi puisque nous sommes des êtres sexués et sociaux, ce qui veut dire que pour notre survie dans notre société, nous devons garder un lien avec autrui.
Je profite de ce rappel pour préciser l’importance du choix qualitatif et non quantitatif que nous faisons de nos fréquentations.

On pourrait également intégrer dans cette partie, les pratiques corporelles : sportives, sexuelles, etc., qui pour certaines, peuvent mener à l’épuisement de notre véhicule moteur : le corps.

Quant à la psyché¹, il y a là aussi une vigilance à observer quant au bon équilibre des démarches d’éveil spirituel pratiques et de l’enfermement psychique qui peut être provoqué par sa réflexion théorique intense.

Peut-être faut-il équilibrer l’ésotérisme² et l’exotérisme³ ?

Tout autour de nous et en nous, s’expriment des cycles, un cycle ?
Quoiqu’il en soit, nous sommes en constant mouvement.

Jetons-y un œil ou les deux, avec le troisième même pour ceux qui savent l’ouvrir…

 

Il y a le jour et la nuit, les saisons…
Les végétaux, dans leur croissance et en lien avec la nature, vivent selon un cycle perpétuel : bourgeonnement, la pousse des feuilles puis des fleurs puis des fruits, des graines, etc… L’humain connait le cycle hormonal, peut-être plus reconnu chez la femme de par ses menstruations mais l’homme en est pourvu.
Les autres animaux vivent le cycle fondamental de la survie de leur espèce par la reproduction en harmonie parfaite avec le cycle saisonnier.

Là où notre observation se pose, notre intellection⁴ invite notre regard conscient à converger vers le cycle universel.

Prenons un peu d’altitude – nul besoin d’user de pratiques aérospatiales ! Bien que vous puissiez tout de même avoir le vertige – mais sans aller chercher trop loin dans les hautes sphères de notre Univers, nous pouvons juste porter notre attention sur notre parcours individuel.

N’avez-vous jamais connu cette phase pendant laquelle vous vous êtes senti perdu, comme si vous étiez au milieu d’un carrefour sans aucun chemin à l’horizon, tel un point dans l’immensité du désert ?
Cette phase-là, n’a-t-elle pas été suivie par une implication, parfois excessive, de votre personne dans un domaine précis ou un autre ?

Parfois la vie, j’entends par-là, les choix que l’on pratique dans notre existence, nous font cheminer à travers des cycles de manières itérative⁵.
Nous faisons sans cesse des aller-retour entre des moments d’errance mentale permettant d’inhiber une surchauffe psychique, et des périodes dans lesquelles nous nous mettons dans un mouvement créateur. Un peu comme si ces phases de vie se répartissaient sous forme de paliers.

Il arrive que nous restions bloqué sur l’un de ces paliers, de telle sorte que, lorsque nous sommes en phase d’activité intense, comme peut l’être un sportif de haut niveau ou encore une personne carriériste, nous nous éloignons du « palier source », celui qui maintien notre conscience à l’essentiel : notre essence primitive, notre lien à la Terre.

C’est d’ailleurs pour ça que l’on voit l’enseignement de la méditation se répandre de plus en plus. Bien sûr, ce n’est qu’un exemple car nombreuses sont les activités dites « d’ancrage » qui se pratiquent aujourd’hui.
Notre être tout entier est dans une recherche constante de cet équilibre entre ces paliers, ces phases, ces cycles.

A une échelle plus petite et pour donner un exemple plus terre-à-terre, quand on s’échine à briquer son logement pendant deux heures non-stop, notre corps est alors en demande de repos. Imaginez ça sur un plan vertical : on monte, on monte, notre énergie se déploie, s’intensifie jusqu’à nous mener à l’épuisement et là, on redescend vers le calme. Qu’arriverait-il si nous ne nous arrêtions pas ?

Tentez d’appliquer cette observation à ce que vous vivez ou avez vécu…

 

A tout moment nous avançons sur notre chemin avec des phases montantes qui nous placent sur un palier. Puis à d’autres moments, nous avons cette impression parfois mal vécue de stagner, de nous engluer voir de chuter.

Rappelons que tout est juste et tout a sa raison d’être.

Si nous restons trop longtemps figé sur un palier, nous avons la sensation que quelque chose manque à notre vie, ou en tous cas on ne s’y sent pas à notre juste place, pour la simple et bonne raison que nous avons besoin d’un équilibre.

Dans notre société actuelle, la tendance des populations dites « développées » c’est-à-dire qui dans la majorité accède à tous ses besoins vitaux (cf. : Indice de développement humain), tend à aller vers une retour à soi, à la nature…. On le voit partout autour de nous, les villages autonomes sont en nombres croissant, les activités de bien-être prennent leur essor, l’approche du soin se fait de plus en plus dans le respect de l’humain etc…. Il y a aussi la recherche de la création du lien entre les individus dans un but de partage pur et sain de leurs énergies vitales et de leur chemin vers l’éveil en conscience.

Pourquoi connaissons-nous ceci ?

Peut-être parce que les progrès dont a su faire preuve notre humanité, ou du moins une partie d’entre elle, et qui somme toute nous sont fort utiles et confortables, ont placé l’humain sur un palier trop éloigné de sa source.

Peut-être reste-t-il bloqué, sans avoir appris la gymnastique indispensable de garder le lien avec la Terre.

Le progrès technologique, c’est bien, mais si c’est pour anéantir notre planète et ce qui s’y trouve, à quoi bon ?

Ne serait-il pas plus judicieux d’user de notre savoir extraordinaire à des fins plus respectueuses de notre environnement étendu ?

Pour cela, il faudrait désapprendre et rééduquer les consciences individuelles et collectives pour leur réapprendre à faire des va-et-vient maitrisés entre les cycles que connaît notre espèce mais surtout d’en reprendre connaissance car tout est déjà en nous.

Dans notre Univers, où nous n’en sommes qu’au stade de la naissance, tout est lié, connecté et en perpétuel mouvement. Nous sommes condamnés à évoluer.

Quoiqu’il en soit le but ultime de notre existence ne serait-il pas de prendre conscience de notre réalité propre et singulière et du lien avec tout ce qui est présent dans l’Univers, dont l’ensemble interagis dans le visible et l’invisible et permet une unité complète ?

Alors, qu’avons-nous à perdre à percevoir, comprendre et acter quand notre essence profonde, notre âme qui ne peut se limiter dans son évolution, son éveil, nous hurle d’avancer et de décloisonner notre perception mentale du Tout.

1. : Psyché : Du grec ancien traduit par « âme ». En psychologie analytique, désigne l’ensemble des manifestations conscientes et inconscientes de la personnalité et de l’intellect humain.
2. Esotérique : « Eso » : vers l’intérieur. Ensemble des enseignements secrets réservés à des initiés. Aussi utilisé pour parler de courants de pensée marginaux à composante secrète ou étrange.
3. Exotérique : « Exo » : vers l’extérieur. Ce mot désigne ce qui est public par opposition à ce qui est initiatique. Il désigne tout enseignement qui n’est pas hermétique.
4. Intellection : Opération de l’intellect, par opposition à l’imagination, comprend ou conçoit par des processus abstraits et logiques.
5. Itérative : Qui est fait ou répété plusieurs fois.

#ésotérisme #univers #équilibre #psyché #ésotérique #exotérique #perception #progrès_technologique #observation #conscience_individuelle #conscience_collective #chaman #cycles #universel

© 2022 Eveil Croissant | Site web créé par Web Design by Nuna ۰•●✫●•۰ © Digital Art et Photographie par L’Univers de Nuna